UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Proposition de sujets de thèse

INERIS – offres de thèses 2013

Réf.: TZ_13_drc_04_lacroix_aerosols_nanos

TITRE / FONCTION  (Intitulé de la thèse)

Validation d’un système d’exposition des cellules aux aérosols de nanoparticules

DESCRIPTIF  (Résumé+mots clés si possible)

L'augmentation de la production de nanoparticules (NPs) industrielles soulève de nombreuses inquiétudes quant à leurs effets potentiels sur la santé, étayées par un risque d'exposition important des travailleurs mais aussi de la population générale. De par leur petite taille, le système respiratoire constitue une voie d’entrée privilégiée des nanoparticules dans l’organisme. Malgré les efforts menés en nanotoxicologie, de nombreuses inconnues subsistent notamment quant à la capacité des NPs à altérer la barrière alvéolo-capillaire (BAC), reconnue comme une cible des NPs inhalées.

L’objectif de la thèse est d’utiliser le modèle de BAC in-vitro1 mis au point par l’INERIS pour étudier les effets et l’internalisation de NPs métalliques administrées en suspension dans le milieu de culture ou sous forme d’aérosols à l’interface air-liquide, plus représentatifs de la réalité environnementale. Les paramètres biologiques étudiés seront le potentiel inflammatoire et oxydatif, ainsi que les propriétés génotoxiques. Le comportement des nanoparticules vis-à-vis des cellules sera visualisé par des techniques d’imagerie (MET ou microscopie confocale). Une comparaison sera faite entre les deux modes d’administration (liquide-liquide vs air-liquide), pour un type de NP et une dose donnée. La seconde partie du travail consistera à sélectionner une NP ayant donné des résultats intéressants sur le modèle in-vitro (en termes de toxicité et/ou de réponse différentielle selon le mode d’exposition) et d’y exposer des animaux par inhalation (structure Animex2). La dosimétrie sera essentielle pour permettre la comparaison entre les réponses inflammatoires, oxydatives, génotoxiques et en termes d’internalisation obtenues in-vitro et in-vivo. L’évaluation des quantités déposées sur le tapis cellulaire dans le système Vitrocell®3 se fera à l’aide d’une microbalance et celle des quantités déposées dans les poumons par dosage de l’élément constitutif de la NP.

Ce travail de thèse a pour but de poursuivre la caractérisation et l’optimisation du modèle in vitro et de l’utiliser en complément d’études in vivo. Pour les études in vivo comme in vitro, l’accent sera mis sur des expositions à des aérosols de nanoparticules, mimant au mieux la réalité.

1 modèle de BAC in-vitro : composé de cellules épithéliales, de macrophages et de cellules endothéliales pour étudier la toxicité et la translocation des NPs.

2 structure Animex : système(s) d’exposition aux aérosols de NPs pour l’in-vivo.

3 Vitrocell® : système d’exposition à des aérosols de nanoparticules, à une interface air-liquide, représentative de l’environnement alvéolaire.

Domaine de recherche – Mots clés

Nanoparticules, toxicité, poumon, in-vitro, in-vivo, co-culture

 

DIVERS  (Lieu de déroulement de la thèse)

Vous travaillerez sur le site de l’INERIS (Verneuil-en-Halatte, à 60 km de Paris Nord) pour 100% du temps.

Lieu « résumé » à insérer dans la liste des offres

Profil Recherché 

Master2 en toxicologie ou culture cellulaire ou biochimie

 

CONTACT 

ghislaine.lacroix@ineris.fr

Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne