UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Monitorat

Le monitorat d'Initiation à l'Enseignement Supérieur a été crée en 1989 afin d'offrir aux étudiants préparant une thèse, une initiation sur trois ans au métier d'enseignant-chercheur ; il représente une véritable préparation aux fonctions d'enseignant chercheur.

Il offre également aux moniteurs un complément de rémunération à leur allocation de recherche.

La formation et la coordination des moniteurs sont assurées par les Centres d'Initiation à l'Enseignement Supérieur (CIES), au nombre de 14, répartis sur l'ensemble du territoire et contribuant à la formation d'environ 1600 moniteurs chaque année.

Le principal objectif collectif de ce système est de créer un vivier de candidats potentiels sur les postes de Maîtres de Conférences de l'enseignement supérieur. Bien qu'il ne s'agisse en aucun cas d'un pré-recrutement sur ces postes, le monitorat constitue toutefois un début de carrière aux avantages non négligeables.

 Une préparation aux fonctions d'enseignant-chercheur

La formation s'effectue en parallèle aux travaux de recherche du moniteur et repose essentiellement sur deux volets :

  • Une formation généraliste au métier d'enseignant-chercheur : Les CIES organisent 10 jours de formation annuels sous formes de stages. Le moniteur y reçoit une formation générale aux méthodes d'enseignements et de communication,  ainsi que des informations sur le fonctionnement des universités et des administrations françaises et étrangères,
  • Une initiation par la pratique : Le moniteur anime, généralement en premier cycle universitaire, 64 heures de travaux dirigés ou 96 heures de travaux pratiques (un tiers de service d'enseignement.), c'est-à-dire deux à trois heures par semaines pendant l'année universitaire.

Pour cette initiation à la pratique pédagogique, le moniteur bénéficie de l'encadrement d'un tuteur pédagogique. Il s'agit toujours d'un enseignant-chercheur titulaire choisi par le moniteur, et généralement dans l'équipe pédagogique dans laquelle le moniteur effectue son service. Le tuteur ne peut en aucun cas être simultanément le directeur de thèse du moniteur. Il joue une rôle de conseiller pédagogique lors des premiers pas du moniteur comme enseignant , il l'aide à préparer et à évaluer ses enseignements et doit être solliciter par le moniteur pour tout problème pédagogique.

 Un complément de rémunération à l'allocation de recherche

Pour leur service d'enseignement, les moniteurs reçoivent une indemnité d'un montant mensuel brut de 335.40 euros, qui vient s'ajouter à leur allocation de recherche de 1305.86 euros bruts mensuels. Ceci assure au moniteur un revenu brut mensuel de 1641.26 euros.

Un début de carrière

En cas de recrutement ultérieur comme maître de conférence, le stage sera réduit à un an (au lieu de deux) et la titularisation intervient directement au 2ème échelon du corps à condition d'avoir exercé la fonction de moniteur pendant trois ans. Le salaire de départ sera alors d'environ 2100 euros bruts mensuels. Des avantages du même ordre interviennent également en cas de recrutement sur un poste de chargé de recherche CNRS.
Par ailleurs, de nombreux employeurs, privés ou publics, apprécient l'expérience vécue par les jeunes doctorants moniteurs.

Signalons que pour les étudiants ayant réussi le concours de l'agrégation, les deux premières années de monitorat permettent la validation de l'agrégation.

 Conditions pour pouvoir devenir moniteur

Une condition incontournable : être doctorant.

 Il faut en outre satisfaire les conditions suivantes :

  • bénéficier d'une allocation de recherche attribuée par le Ministère de l 'Education Nationale de la Recherche et de la Technologie (MENRT),ou bénéficier d'un régime d'aide comparable à l'allocation de recherche. Il est important que le financement de thèse soit d'un montant comparable à celui d'une bourse MENRT (c'est-à-dire de l'ordre de 1190 euros mensuels.)
  • Etre en première année de thèse,

Procédures et démarches

Le nombre de monitorats est attribué par le ministère aux établissements. Les moniteurs sont recrutés par les établissements d'enseignement supérieur, sur décision du chef d'établissement après avis d'une commission constituée au sein de l'établissement.

 Deux étapes importantes doivent impérativement être franchies par chaque candidat :

  • En juin (au plus tard en septembre) : se renseigner auprès de votre université. dont dépend le candidat potentiel.
  • En septembre, les établissements ouvrent les campagnes de recrutement. Les postes sont publiés par SICMA et classés par DS. Les candidats potentiels ayant pris contact avec l’Ecole doctorale. reçoivent également, par courrier électronique, la publication des postes ainsi que le calendrier de recrutement ; il leur appartient alors de candidater sur chacun des postes compatibles avec leur profil. Les dossiers de candidature au monitorat ne peuvent être obtenus par le service du personnel enseignant des établissements qu’à la date de l’ouverture du délai de candidature.

La nomination sur un monitorat ne deviendra effective qu'après vérification de la conformité de la candidature avec les conditions requises.

Rappel : Les anciens normaliens, qu'ils aient obtenu une A.C. ou qu'ils rentrent dans la procédure spécifique des A.C.-bis, sont recrutés par des procédures particulières. Cela ne les dispense pas de prendre contact avec l’Ecole Doctorale. dont ils vont dépendre.

Les avantages du monitorat

Les avantages offerts par le monitorat sont à la fois d'ordre professionnel, financier et bien sûr personnel.

Avantages professionnels

Le monitorat ne constitue en aucun cas un pré-recrutement sur quelque poste que ce soit, mais il représente un véritable début de carrière apportant une expérience professionnelle du métier d'enseignant-chercheur. Cette expérience aura tout son poids au moment de candidater pour un poste ; elle apporte également des avantages concrets, en termes de réduction de la durée du stage (après recrutement), d'années d'ancienneté, ... :

  •    Pour les moniteurs agrégés, deux années de monitorat tiennent lieu d'année de stage pour la validation de l'agrégation.
  •      Le moniteur ultérieurement recruté comme maître de conférences bénéficiera d'une réduction d'un an pour son stage à condition d'avoir exercé pendant au moins une année ses fonctions. Les services de moniteurs justifiant de trois années de fonction seront retenus à raison de deux ans pour le reclassement dans le corps des maîtres de conférences. Des conditions similaires sont en général appliqué sur un poste de Chargé de Recherche CNRS, mais les dossiers sont étudiés au cas par cas.
  •         Un monitorat de 3 ans assurera lors d'une éventuelle nomination future sur un poste de Maître de Conférences, deux ans d'ancienneté (pour un monitorat d'une durée inférieure, l'ancienneté n'est calculée que sur la base de la moitié de la durée du monitorat) et jusqu'à trois ans d'ancienneté pour une nomination sur un poste CNRS.
  •     En principe, au-delà du monitorat, l'accès à une année de transition (éventuellement deux) comme attaché temporaire d'enseignement et de recherche (ATER) est facilité.

Avantages financiers

  • Les AM (Allocataires Moniteurs) reçoivent un complément de rémunération mensuel brut de 335,38 euros. Les AC perçoivent le traitement prévu.

Avantages personnels

Comme toute nouvelle expérience, le monitorat constitue un enrichissement personnel : vous serez amenés à côtoyer des personnes aux statuts très différents (des élèves aux enseignants-chercheurs expérimentés) et dans différentes disciplines, à vous maintenant de rendre fructueux tous ces échanges ! Le monitorat constitue également une étape importante pour l'orientation de l'avenir du moniteur. Il lui permet en effet de vivre vraiment le métier d'enseignant-chercheur et de répondre concrètement à la question : "est-ce bien ce que je veux faire ?"

 Les obligations des moniteurs ?

En contre-partie des avantages que le monitorat lui offre, le moniteur s'engage à :

  • Assurer un enseignement en premier cycle dont la durée totale annuelle (présence devant les étudiants) se monte en principe à 64 heures de travaux dirigés ou 96 heures de travaux pratiques. C'est l'établissement qui a recruté le moniteur qui l'affecte à tel ou tel service d'enseignement.
  • Ce n'est que par dérogation exceptionnelle, autorisée par le seul directeur du CIES sur demande explicite du moniteur et de son tuteur, et pour une année seulement au total, que l'enseignement peut être effectué ailleurs qu'en premier cycle.
  • Suivre les activités des stages de formation organisées par le CIES, à raison de 10 jours par an. La présence aux stages est obligatoire, et prioritaire sur les autres activités. Les directeurs de CIES ont reçu instruction de mettre fin au contrat des moniteurs (normaliens ou non) qui n'y assisteraient pas. L'évaluation des stages par les moniteurs est un élément important de leur adéquation aux besoins.

Avoir un contact régulier avec le tuteur. Si la désignation du tuteur avait été oubliée, ou faite de manière hâtive sans tenir compte de son intérêt pour le tutorat, il faut avertir le CIES qui essayera de trouver une solution avec l'établissement de rattachement.

Procédures de recrutement des moniteurs à l’UBS

 Les étudiants souhaitant candidater sur un poste de moniteur doivent adresser au Service Recherche de l’UBS à l’attention de Nathalie Bourgougnon, directrice du Collège Doctoral de l’UBS  un dossier comportant les pièces suivantes :

  •    Un Curriculum vitae détaillé mentionnant notamment le classement et mentions obtenus en master ;
  •     Une lettre de motivation ;
  •        Une lettre d’accord co-signée par le directeur de thèse et le directeur du laboratoire ;
  •     Une lettre d’accord du directeur du département et directeur de l’UFR concernés validant l’état de service proposé par le candidat suivant la formule ci-jointe.

Le bureau du Collège doctoral validera les candidatures le 22 septembre 2009.

Procédures de recrutement des moniteurs à l’UBO

 A l’UBO les postes de moniteurs sont gérés par les départements. Le candidat à un poste de moniteur doit prendre contact avec le responsable du (ou des) département(s) correspondant à la spécialité dans laquelle il souhaite enseigner.


 

Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne