UBO - Université de Bretagne Occidentale
 
Charte du Doctorat

 La charte du doctorat

Au moment de votre recrutement vous signez, ainsi que votre encadrant, votre directeur de laboratoire et votre directeur d'école doctorale, la charte du doctorat de SICMA. Cette charte est très importante, lisez-la attentivement : elle définit les engagements réciproques du doctorant, du directeur de thèse et des structures d'accueil (laboratoire et école doctorale) afin de garantir le bon déroulement du doctorat. Pour chaque signataire, elle précise des droits et des devoirs.

Le respect de l'application de cette charte est sous la responsabilité de votre école doctorale, de l'Institut de formation doctorale et en dernier recours du Conseil Scientifique et du Président de l'université. Si la charte n'a pas de valeur juridique contractuelle - contrairement à votre contrat de travail - elle est cependant un engagement fort que chaque signataire peut faire valoir, y compris devant les instances de l'université, puisque c'est l'université elle-même qui s'est dotée de ce texte.

 Les thèmes abordés dans la charte sont les suivants :

  • Le doctorat (principes et définitions)
  • Recrutement et inscription
  • Financement et durée du doctorat
  • Encadrement du projet de recherche
  • Conditions de réalisation du projet de recherche
  • Suivi du projet de recherche
  • Plan de formation continue du doctorant
  • Suivi du projet professionnel et de la carrière
  • Soutenance de la thèse
  • Publication, confidentialité et valorisation du travail de recherchedu doctorant
  • Procédure de médiation

 L’encadrement et le suivi du doctorat

 Un doctorat est un projet de recherche de trois ans. Le responsable de la supervision de l'ensemble du projet est votre directeur de recherche. Tout au long du projet, le rôle de votre encadrant est de :

  • vous apporter des conseils bibliographiques, scientifiques et méthodologiques ;
  • élaborer avec vous le plan de travail de vos recherches (un projet de trois ans doit être jalonné de plusieurs étapes) ;
  • discuter et valider avec vous les résultats que vous obtenez ;
  • veiller au respect des délais dans le planning global du projet ;
  • vous conseiller pour la valorisation de vos résultats (publications, colloques, brevets, etc.) ;
  • vous permettre de disposer des équipements et ressources nécessaires pour vos travaux ;
  • suivre les relations partenariales s’il y a lieu, même s'il vous délègue une partie de ce suivi ;
  • veiller à ce que vous preniez une autonomie croissante tout au long du projet ;
  • s'assurer que vous respectez vos engagements en terme de rythme de travail,
  • s'assurer que vous vous intégrez correctement dans l'équipe de recherche ;
  • discuter avec vous de votre projet professionnel ;
  • vous permettre de suivre des formations continues (voire vous en conseiller) ;
  • vous mettre en relation avec des personnes de son réseau professionnel si cela peut vous aider à préparer votre avenir .

 Pour remplir ces rôles, votre encadrant doit vous consacrer une part significative de son temps. C'est pourquoi, il ne peut encadrer que très peu de projets doctoraux en même temps. Leur nombre maximal est fixé par le conseil scientifique de l'université, et peut être réduit par décision du conseil de votre école doctorale.

 Votre directeur de recherche n'a pas pour mission de vous trouver un emploi à la sortie de votre doctorat ! Il doit se préoccuper de votre projet professionnel et vous permettre de prendre du temps pour y travailler (en particulier pour suivre des formations sur ce sujet). Votre encadrant ne peut accomplir ses missions sans votre implication. Vous devez de votre côté l'informer très régulièrement de l'avancement de vos travaux, des difficultés que vous rencontrez et de votre emploi du temps. Par ailleurs, des formations à l’encadrement du doctorat sont proposées à votre encadrant afin de l’aider dans sa tâche.

 Les dispositifs de suivi

 Un doctorat est un projet de trois ans qui implique plusieurs acteurs. Comme tout projet, il est jalonné d'étapes importantes, requiert une bonne coordination entre les partenaires et doit respecter des échéances. La vie d'un projet de recherche est souvent mouvementée. Vous et votre directeur, êtes plongés au quotidien dans ce projet et il est parfois difficile de prendre le temps pour un bilan général d'avancement. Par ailleurs, il peut arriver que des difficultés émergent et que ni vous ni votre encadrant ne parviennent à les régler. C'est pourquoi, comme pour tout projet, il est nécessaire de se doter d'outils de suivi permettant de s'assurer de son bon déroulement, de disposer d'une vue d'ensemble des situations, d'anticiper et de corriger les problèmes éventuels.

 Les dispositifs de suivi du doctorat ont pour but de garantir le respect des engagements de l'université en matière de politique doctorale. Le principal  système de suivi est représenté par le :

 le comité de thèse : une fois par an ou à mi-projet, vous présentez l'avancement de vos travaux devant un comité composé de personnes de votre école doctorale et de personnes extérieures à votre laboratoire. L'objectif est de vérifier que le projet se déroule correctement et de proposer des pistes d'amélioration. Ces bilans sont l'occasion de faire un point non seulement sur le plan scientifique mais aussi sur votre intégration dans l’équipe et sur les actions mises en place pour votre projet professionnel. En fin de 2ème année, l'échéance de la soutenance doit être discutée pour planifier le travail restant à accomplir et soutenir dans les temps. Si un délai supplémentaire s'avère nécessaire, il faut l'acter dès ce moment avec le directeur de l'école doctorale.

Règlement des conflits

 Dans tout environnement professionnel peuvent surgir des conflits. Avant tout, ayez à l'esprit qu'un conflit n'est pas une " anomalie ". Un conflit peut naître entre vous et votre encadrant ou tout autre personnel de l’équipe. Dans la plupart des cas, il peut se régler à l'amiable au sein de votre laboratoire après entretien, en impliquant le directeur du laboratoire si besoin. Si le conflit perdure et qu'il a des conséquences sur l'avancement de votre doctorat, le directeur de votre groupe disciplinaire est la première personne à faire intervenir. Il pourra faire lui même office de médiateur ou proposer une autre personne. En cas d'échec de cette médiation, c'est le directeur de l’école doctorale qui doit être contacté, puis le Président de l’université.

 En dernière instance et en cas de conflit majeur, le tribunal administratif peut être saisi. Si votre contrat de travail relève du droit privé, l'Inspection du travail et le conseil des prud'hommes est les instances compétentes.

 Arrêt du doctorat

 Démission : Si votre employeur est une structure publique, vous pouvez à tout moment mettre un terme à votre doctorat par démission, sans avoir à donner de justification. Si votre employeur est une structure privée et que votre contrat de travail est à durée déterminée, vous ne pouvez pas démissionner (sauf si c'est pour être embauché en CDI). En revanche, vous pouvez mettre fin à votre contrat d'un commun accord avec votre employeur. Dans tous les cas, vous devez en informer vos encadrants, votre laboratoire et votre école doctorale.

 Licenciement : L'interruption de votre doctorat (et de votre contrat de travail) peut également avoir lieu sur demande motivée de vos responsables scientifiques à tout moment.

Préavis : Sauf exception (licenciement disciplinaire par exemple), un préavis doit être respecté. Sa durée varie selon votre employeur (public ou privé).

 Pour en savoir plus :

Lisez attentivement votre contrat de travail.

Référez-vous au site http://vosdroits.service-public.fr (rubrique " Emploi, travail ")

 

Mentions Légales | Accueil | Plan du site | Edition en ligne